Respectueux, simple, rapide et abordable. La liberté de choix

Décisions en fonction des besoins des survivants

Arrangements funéraires

Quand je lis « Aucun service sur demande », je me demande toujours : « Comment cela va-t-il se dérouler pour la famille? » Le but de cet article est d’encourager ceux qui sont en deuil à prendre des décisions selon leur besoin de vivre leur deuil à leur rythme et de guérir.

Nous découvrons de plus en plus de choses à propos du processus de deuil. La meilleure source de connaissance sont les experts et les personnes en deuil qui partagent leurs expériences de gestion du deuil.

Une des choses que nous avons apprises est que vivre le processus de deuil est nécessaire pour guérir. Bien que la façon de vivre son deuil soit individuelle, le deuil est humain. Lorsque les expressions normales du deuil (aussi horribles qu’elles soient) sont réprimées, la guérison est ralentie.

Nous découvrons aussi que la participation peut être importante, et pour certains, un élément essentiel pour aider dans le processus de deuil et de guérison. Voici quelques exemples de « participation » : passer du temps avec la personne avant et après le décès, voir le corps, écrire ou parler à la personne décédée, être présent lorsque les arrangements funéraires sont faits, partager des souvenirs avec parents et amis, composer l’éloge funèbre, aider à la préparation de la cérémonie, rendre visite au cimetière. Les gens auront différents besoins et ne devraient pas être forcés de faire quelque chose contre leur gré. Par contre, il est utile pour les personnes les plus touchées de savoir que de participer  et  pouvoir choisir quand  et comment elles le feront aident énormément.

Presque tout le monde désire ce qu’il y a de mieux pour les personnes survivantes. Nous voulons que nos proches guérissent et continuent à vivre. Le problème est que les survivants ne savent peut-être pas que le deuil et la participation aux activités reliées contribuent à la guérison. Par exemple : une personne peut (croyant que cela sera plus facile pour les survivants) demander une disposition immédiate (crémation, pas de cérémonie, pas de lieu d’inhumation). Les membres de la famille pourraient ressentir le besoin de funérailles ou d’un service commémoratif quelconque, mais hésiteraient à suggérer des changements pensant qu’ils ne respecteraient pas les dernières volontés de la personne décédée.

Selon moi, une bonne façon de résoudre ce type de situations est de se souvenir de ce qui est le plus important, soit que les survivants puissent gérer et traverser leur deuil. Si cela devient la chose la plus importante, peut-être que les autres décisions à propos de la planification des arrangements funéraires seront plus faciles à prendre et vivre. Lorsque la famille sent que ses besoins sont comblés par les dernières volontés de la personne décédée, c’est fantastique. Lorsque des changements sont requis, c’est aussi acceptable. Après tout, des arrangements alternatifs qui permettront de faciliter le processus de deuil c’est aussi respecter la véritable intention de la personne décédée.

Ken Westereng (B.A., M. Div.)